Jusqu'en Chine pour célébrer le Magal (par Alhassane Diop)

TOUBAMAJALIS.COM- A Shenyang, ville située au nord-est de la Chine, dans la province du Liaoning, le Magal de Touba à l’initiative d’un groupe d’étudiants dirigé par le «Jëwriñ» Pape KA.

Certes, il ne s’agit pas du premier Magal organisé en terre chinoise par la
communauté des immigrés mouride. En effet, la ville de Guangzhou, fief traditionnel des africains de Chine connait ce genre d’évènements depuis au moins une décennie. Par contre, l’édition de cette année aura fait tâche d’huile dans d’autres villes comme Shenyang, Beijing et Shanghai.

Au delà du caractère spirituel de l’évènement, le plus séduisant a été l’initiative spontanée émanant d’étudiantes et d’étudiants aux ressources certes peu abondantes, mais à l’intention si noble et grande que finalement les petits plats ont été mis dans les grands. Le temps d’une nuit donc, l’université du Liaoning aura été le rendez-vous de bon nombre de sénégalais, d’africains voire de citoyens du monde, toutes confessions et races confondues pour psalmodier le nom du Divin à travers des mélodies rythmiques du Coran et des Khassidas tels que Assiiru de Cheikh Ahmadou Bamba et Wassilatul Muna(Taïssiir) de Cheikh Seydil Hadj Malick SY sans oublier les milliers de prières sur le Prophète(salaatul alal Naby), devant un parterre d’invités médusés de voir tant de ferveur et de cordialité.

Il s’agit là, d’une victoire de toute la Uma islamique car ces musulmans sénégalais montrent par ce geste que l’Islam au delà d’être une religion, constitue un projet de société fondé sur des valeurs cardinales et universelles de paix, de tolérance et d’acceptation de la différence. Disons donc que ce petit pays que l’écrasante majorité des chinois n’arrive pas à situer sur un planisphère et dont l’ensemble de la population équivaut à peine à celle d’une ville de l’empire du milieu de taille moyenne doit dans ce renouveau sociologique et cette redistribution géopolitique des cartes au niveau mondial, assumer et jouer pleinement son rôle de promoteur d’une paix et d’une stabilité sociale basées sur un dialogue des confessions, quelles qu’elles soient, et fondées sur une société dont la géographie a certes favorisé le brassage des ethnies la composant, mais aussi qui a eu le mérite de transcender les clivages claniques et tribaux. Pour un pays à écrasante majorité musulmane et ayant été dirigé pendant plus de vingt ans par un président appartenant à la fois à une religion et une ethnie minoritaires, un des piliers fondamentaux de cette stabilité est à rechercher dans le caractère confrérique de son islam.

En effet, à la différence de celui pratiqué dans la plupart des pays arabes, l’Islam en terre sénégalaise s’enracine dans cette quête intérieure de Dieu qu’est le soufisme, encadré par un leadership maraboutique qui a su endogénéiser cette religion qui nous est venue d’outre-mer. Qu’est-ce donc ce courant de l’islam que le Professeur Souleymane Bachir DIAGNE décrit comme étant la fâce de l’islam en état d’adaptation permanente?

Le soufisme est cette branche ésotérique de l’islam qui prône l’unicité de Dieu «Al Haqiqa» à partir de la «Sharia» à travers la «Tariqa».  Au Sénégal, il nous est parvenu grâce notamment à deux voies que sont d’abord la Tijaniya amenée par Cheikh Oumar Foutiyou TALL et ensuite la Qadriya amenée par Cheikhna Cheikh Saadbouh AIDARA et Mame Cheikh Bou Mouhamed KOUNTA. Bien que le natif de Alwaar eût recouru à la guerre sainte pour l’installer et ainsi faire du Fuuta ledaarul islam dont il rêvait en réformant les moeurs et en revivifiant la foi, il faut reconnaître qu’il avait trouvé un socle religieux et spirituel construit depuis l’épopée des Almoravides puis de celle de Khaly Amar FALL, fondateur de l’université de Pire et autre Ahmed BABA et que la révolution Tooroodo de Thierno Souleymane BAAL de 1776 a réussi à préserver en la purgeant de l’érosion dont il commençait à être victime.

La génération des Cheikhs comme Ahmadou Bamba, Elhadj Malick SY, Elhadj Abdoulaye NIASS, Seydina Limamou LAYE et autre Cheikhna Cheikh Saadbouh aura eu le mérite de le réadapter dans un contexte colonial où la mitraillette à manivelle avait fini d’annihiler les projets des successeurs de Cheikh Oumar comme Tafsir Maba Diakhou BA ou encore Mamadou Lamine DRAME. Dès lors, la phase d’imprégnation de cet ésotérisme au Sénégal fut parachevée. De nos jours, des évènements phares marquent sa vie comme le Magal de Touba, les Gamous de Tivavouane, Kaolack & Ndiassane, l’appel des Layènes ou encore le Dakka de Médina Gounass.

Pour autant qu’ils soient des ambassadeurs du Sénégal en Chine, un défi majeur pointe à l’horizon pour ces étudiants: y exporter le modèle d’islam sénégalais. Sans avoir la prétention de montrer un quelconque modus operandi, disons qu’il passera nécessairement par la pérennisation de ce genre de rendez-vous enrichis par la traduction en mandarin des écrits de ces savants et l’exemplarité dans le comportement de ces jeunes.

Pour se faire, Serigne Touba nous en donne une parfaite illustration de ce que doit être son modèle achevé dans son immense Tazawudu Sikhar: «Ô vous les adolescents! Ne vous préoccupez que de droiture, évertuez-vous à la recherche du savoir. Efforcez-vous d’assimiler et de réviser (vos leçons), fuyez les assemblées qui entraînent la perdition. Attachez-vous à quelqu’un qui ne cesse d’adorer son seigneur, afin qu’il vous guide dans Sa Voie Droite. Quiconque se hâte dans sa jeunesse d’emprunter le Droit Chemin, bénéficiera de la quiétude quand il sera grand. Celui qui compense ce qu’il a perdu dans la vanité et se consacre à vivifier le temps, par un repentir sincère, se tournant résolument vers DIEU, atteindra la perfection. Attachez-vous à ces conseils que je vous prodigue, vous aurez alors un bénéfice certain Ici-bas et dans l’Au-delà, en compagnie des bienheureux.»

Alhassane DIOP

 

Source : Senenews.com

Rate this item
(0 votes)

Téléchargez l'application Toubamajalis

Facebook

(SERVICE COMMERCIAL ) Email : toubamajalis@gmail.com | webtawfeh@gmail.com

 

(REDACTION TOUBAMAJALIS) Email : sennegueye@gmail.com tel.

Chargé de communication : +221 77 539 55 17

Aller au haut