Yoone Wi : Serigne Moussa Ka

Serigne Moussa Ka, fils de Serigne Ousmane et de Sokhna Absatou Seck est né Ndilki près de Mbacké Baol vers 1890. Il avait des liens de parentés très étroites avec son guide et maître Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, en ce qu’il est lui aussi descendant de Mame Maharam Mbacké, aïeul de la famille des Mbackés. Etant un homme de vaste culture et d'une extraordinaire ouverture d'esprit, Serigne Moussa Ka a marqué son temps à travers l'importance de ses écrits pour la plupart dédiés à Serigne Touba. Malgré ses liens de parenté avec Cheikh Ahmadou Bamba, il s'identifiait toujours dans ses écrits comme le serviteur de Khadimou Rassoul.

Sa maîtrise de l’hagiographie, de l'Islam, du mouridisme et de l'histoire en général, était remarquable. Ceci s’est reflété dans les nombreux manuscrits qu’il a produits durant son séjour terrestre. Il maîtrisait parfaitement la généalogie des grandes familles du pays. C'est d’ailleurs la raison pour laquelle les chercheurs de son temps s'intéressaient beaucoup à ses œuvres, et lui rendaient toujours visite. Et de nos jours encore nous n’avons pas pu déceler ailleurs des écrits comparables en termes de richesse et de précision, à ceux de Serigne Moussa ka.

En ce qui concerne son éducation et ses qualités spirituelles, Serigne Moussa Ka a suivi la majeure partie de son éducation auprès de son père Serigne Ousmane Ka, avant de faire son allégeance à Serigne Touba. Il a été formé à la bonne école, car son père connu à l'époque sous le nom de Modou Ngagne Awa, a eu à dispenser des enseignements à plusieurs personnalités religieuses du pays, parmi lesquelles nous pouvons citer El hadji Malick Sy, El hadji Abdou Cissé de Diamal, El hadji Dramé de Ndramé, et Serigne Momar Yacine Dème, d’après Serigne Moussa Ka lui-même.

C’est à la disparition de son père qui fut plus tard disciple du Cheikh, que Serigne Moussa Ka rejoignit Serigne Touba à Thiéyène où il était en résidence surveillée et pour faire son allégeance. Depuis lors, il était toujours sous le sillage du fondateur du mouridisme, qui lui inculqua ainsi une éducation spirituelle parfaite. Ceux qui ont connu Serigne Moussa Ka disent de lui qu’il était un homme généreux, affable, qui donnait tout ce qu’il avait à ceux qui en avaient besoin, même sa nourriture du jour. Il était également un chercheur ouvert et fut remarquable par son abandon du bas monde. Serigne Moussa était pieux, très véridique et unificateur.

Sa contribution à la littérature islamique en général et mouride en particulier fut considérable. Aujourd'hui bon nombre de personnes ont connu l'hagiographie du prophète et de son serviteur grâce aux écrits de Serigne Moussa Ka. Grâce à son expression facile et sa maîtrise de la rhétorique, qui était un don incontesté de Khadimou Rassoul, Serigne Moussa Ka n'a épargné aucun domaine dans ses écrits. De ce fait, parmi ses œuvres littéraires nous pouvons voir que Serigne Moussa Ka a parlé de, l’histoire du Prophète (Paix et Salut sur Lui), de son portrait physique et de ses qualités morales dans Barzane, de l’exil du Cheikh au Gabon (1895-1902), de son retour et l'exil en Mauritanie (1903-1907), des épreuves qu'ont subi les prophètes et les saints à titre d'exemple pour tous les croyants. Il a également fait les éloges de son maître Khadimou Rassoul, et des éloges dédiés à la sainte Mariama Bousso (Sokhna Mame Diarra). Serigne Moussa Ka a également développé dans ses œuvres l'itinéraire spirituel du Cheikh, de même que des exhortations à l'égard des femmes musulmanes, des exhortations à l'égard des aspirants (Al murid), des exhortations sur la dégradation des mœurs…

Des hommages posthumes à l'égard des personnalités mourides, comme Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké premier khalife des mourides, Serigne Ahmadou Ndoumbé, Serigne Massamba Mbacké, Cheikh Anta Mbacké, Serigne Ndame Abdourahmane Lo, Cheikh Ibrahima Fall, entre autres ont également été formulés par Cheikh Moussa ka dans ses manuscrits.

Il a également produit des écrits, sur la ville de Touba et son honorabilité, sur les relations entre maître et disciple, sur les qualités de l'aspirant sincère (Murid sàdiq), sur la guerre sainte de l'âme (jihadun-nafsi), sur l'historique de la grande mosquée de Touba.

En effet Serigne Moussa Ka fut l’un des plus grands savants de son époque, et figure irrévocablement parmi les plus prolifiques sur le plan pédagogique avec notamment un patrimoine didactique volumineux et riche, dans lequel on trouve des enseignements inépuisables dans plusieurs domaines.

Rate this item
(0 votes)

Related items

Téléchargez l'application Toubamajalis

Facebook

(SERVICE COMMERCIAL ) Email : toubamajalis@gmail.com | webtawfeh@gmail.com

 

(REDACTION TOUBAMAJALIS) Email : sennegueye@gmail.com tel.

Chargé de communication : +221 77 539 55 17

Aller au haut