Magal Touba 2018: Reaction de Serigne Bass Abdou Khadr Mbacke à l'évaluation

Que serait-il advenu de nous, du Sénégal des valeurs, de l’Islam en Afrique, si en ce 18 Safar Cheikh Ahmadou Bamba n’avait pas été volontaire pour hisser haut l’étendard de l’Islam face au projet colonial. Ainsi ce jour de Magal est celui de notre indépendance à tout jamais acquis, celui de la consécration dans l’islam sans pour autant oublier la restauration de la dignité de l’homme noir.

Dès lors, au-delà de toutes les festivités, le Magal doit constituer l’occasion de nous rappeler les périodes sombres que le mouridisme a traversé et les sacrifices énormes que Serigne Touba a fait pour nous sauver. Malgré les plats, les boissons, la fête, que l’on n’oublie jamais les sacrifices énormes que ce Saint, tout de blanc vêtu, a consenti pour en arriver à ce stade.

Qu’on se rappelle avec ferveur cet Elu né orphelin dans son contexte social du fait qu’il n’aimait que Dieu et le Prophète Mohamed (psl) dès le bas âge, à un niveau sans précédent, et qu’il ne pouvait trouver un contemporain avec qui il pourrait partager cette exaltation ! Qu’on prenne leçon sur cet homme qui aimait le Prophète Mohamed (Psl) au point qu’il voulut immigrer vers sa tombe à Médine, mais qui fut contraint, par les évènements, à sauver son peuple. En ce jour de Magal que l’on soit ému des moments difficiles de la séparation du Cheikh avec Serigne Fallou et Serigne Mouhamadou Moustapha vers l’inconnu.

Quel que soit le degré de la paix dans ce jour, que l’on ait une pensée pour Khadimou Rassoul lorsqu’il était sur des lieux comme Djewol, le Bureau où siégeait le conseil prive de Ndar, le Cachot de Dakar, Lambaréné, la montagne sainte, Wir Wir, Sarsaara, la résidence surveillée à Keur Goumak, les khaymas de la Mauritanie entre autres. Il est sûr que quand on pense à toutes ces places, l’on ne peut dire que MERCI Cheikhoul Khadim ! MERCI pour avoir fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui !

Serigne Khadim Gaydel Lô

 

Temps Fort /interviews: Magal Serigne Chouhaïbou 2017

 Serigne Massamba MBACKE est né à Patar en 1883, quelques mois après la disparition de son vénéré père Mame Mor Anta Sally MBACKE. Il a été baptisé par son grand frère et marabout Cheikh Ahmadou Bamba qui était en compagnie de plusieurs grands disciples dont Serigne Ndame Abdourahmane LO et Mame Thierno Birahim.

En allant à cela, Serigne Touba passe se recueillir devant la tombe de leur père Mame Mor Anta Sally qui lui suggéra d’attribuer au nouveau-né qu’il devait baptiser le prénom de son grand père Massamba Anta Thièbo.

Très connu dans le monde moderne grâce au travail colossale qu'il a pu accomplir dans le cadre de l'élargissement des manuscrits de Serigne Touba pour permettre à l'humanité de les savourer notamment à travers les mélodies, Serigne Massamba reste, néanmoins, l'un des plus fidèles serviteurs de Cheikhoul Khadim: ceci peut s'expliquer par le fait que depuis la fin de ses études jusqu’à la disparition de son grand frère Cheikh Ahmadou Bamba le 19 juillet 1927, Serigne Massamba ne s’est jamais éloigné du Cheikh.

Source : Khadimourassoul.net

Déclaration du Général de Bamba sous le Ndigeul de Serigne Abass Mbacké Khalif de Darou Mousty

 

 

La ville sainte de Touba est endeuillée par le décès de SOKHNA GASS épouse de Serigne SIDY MOUKHTAR MBACKE khalife général des mourides des suites d’une maladie, hier mercredi. Le défunt était hospitalisée depuis quelques jours à l’hôpital Matlaboul Fawzayni de Touba.


Toute l’équipe de Toubamajalis présente ses condoléances à toute la communauté mouride et particulièrement au khalife général.

  1. Les Actes Obligatoires de la prière sont au nombre de quinze, d’aprés ce qu’a mentionné AI Awfi, l’éminent jurisconsulte
  2. Le premier est notre formulation de l’intention, le deuxiéme est la formule de sacralisation (Takbîr), attache-toi à mon exposé
  3. Le troisiéme est la station debout qui l’accompagne, le quatriéme est la récitation de la Sourate Liminaire (Fatiha), au Nom de Celui à Qui est destiné le Jeûne
  4. Le cinquiéme est notre station debout pour la récitation de celle-ci (la Fâtiha), comme cela figure dans la source
  5. Le sixiéme est la génuflexion, suivi du septiéme qui est le redressement qui lui est consécutif; certes le MUNIFICENT est avec moi
  6. Le huitiéme est la prosternation et le neuviéme, le redressement qui lui est consécutif; l’Intercesseur m’a bien guidé
  7. La dixiéme obligation est, lorsqu’on prie sous une direction, de formuler au début l’intention (de suivre derrière celui qui dirige)
  8. Et il (l’Imâm Al Awfi) fait du respect de l’enchaînement établi, la onziéme obligation, puis de l’observance des moments de pauses, la douziéme
  9. Il établit l’équilibre et le salut final respectivement comme treiziéme et quatorziéme obligations et il compléte
  10. Par la position assise du salut final, de l’articulation du Hamza de la lettre "Alîf" au "Mîm" du "Kum"(il s’agit de la formule " As-salâmu cAleykum" qui achéve la prière), comme l’a transmis le rapporteur.

Téléchargez l'application Toubamajalis

Facebook

(SERVICE COMMERCIAL ) Email : toubamajalis@gmail.com | webtawfeh@gmail.com

 

(REDACTION TOUBAMAJALIS) Email : sennegueye@gmail.com tel.

Chargé de communication : +221 77 539 55 17

Aller au haut