Après la pacification, les épopées dynastiques cèdent la place aux textes célébrant les cheikhs musulmans, symboles de la résistance contre le projet d’assimilation de l’administration coloniale. Ces textes marquent une évolution dans la production épique. En effet , il se libèrent de tout projet politique et se situent dans une perspective supérieure, une perspective édificatrice. Toutefois, héritiers d’une longue tradition narrative, ils reprennent des thèmes développés par l’épopée : l’ éxil, le compagnonnage, etc. ce dernier thème fera l’object de cette étude.

Ainsi, nous analyserons dans quelques poèmes à la croisée de deux cultures, la négro-africaine et l’arabo-islamique, les survivances du compagnonnage épique traditionnel, d’une part, et d’autre part , le compagnonnage dans le contexte de l’Islam soufi.

1. L’héritage de l’Epopée dynastique

A l’image des héros de l’épopée, les cheikhs, dans les poèmes les célébrant, bénéficient d’un entourage acquis à leur cause, fidèle à toute épreuve. Ces propos du gouverneur du Sénégal, dans Jasau Sakkor traduisent bien cette forme de compagnonnage entre marabout et disciple :

Ce sont les branches qui donnent l’arbre sa splendeur, n’est-ce-pas ?

J’émonderai les branches, j’arracherai la souche

Que je jetterai loin, je saccagerai le champ.

Dans le même ordre d’idées, Moussa Ka déclare, dans Marsiya Seex ibra Fall :

Une jeune mariée devant rejoindre sa demeure conjugale ne part pas sans son cortège.

Cheikh Ibra Fall est son accompagnement.

Certains membres de l’entourage du cheikh sont des adjuvants, de véritables lieutenants, dévouées ç leur chef spirituel. Cheikh Ibra Fall brave administration coloniale en envoyant des cadeaux à son guide banni par le colonisateur.

Ton envoyé se rendait au Gabon

Emmenant avec lui des sacs bien remplis.

Cet attachement indéfectible au marabout s’exprime même devant une mort certaine :

C’est dans la même année que Dieu mit, dans l’esprit

Du Gouverneur du Sénégal, l’idée de convoquer Serigne Touba à Saint-Louis.

 

Bamba envoya Ceerno Ibra Faati

Répondre à l'appel de Saint-Louis, pareil à un lion

Ainsi, Thierno Ibrahim Mbacké accepte d’aller à Saint-Louis à la place de son frère et marabout qui était pourtant voué par le Gouverneur à l’internement.

Parallèlement, se développe à une autre forme de compagnonnage (là aussi classique) mais dans la perfomance. Massiya Seex Amau Kaabir Mbay, par exemple, dépeint deux héros dont les actions sont complémentaires dans l’entreprise d’islamisation (les cheikhs Amadou Kabir et Amadou Bamba) :

Tes rapports avec Khadim ne peuvent pas être clairs :

C’est vous deux qu’on a vus éblouir ensemble les gens.

Vous étiez comme le soleil et la lune

Et avez tiré des ténèbres les contemporains.

 

Cheikh Bamba lui dit : « O notre Guide,

Nous avons reçu une mission de Seigneur,

Une mission à la fois importante et difficile.

C’est nous qui intercéderons en faveur de tous les contemporains.

Cependant, au-delà de ce compagnonnage traditionnel, on assiste à une nouvelle relation entre le marabout, le héros et son entourage , avec l’avènement de l’Islam soufi.

 

 

Extrait de "Le compagnonnage dans la littérature wolof mouride, une nouvelle perspective dans la quête ?"

Auteur : Amadou Kabir Mbaye

Yonent bi (YYJSM) neena nit ki bu faatoo dana woote junniy (1000) woote naan yéen sama doom yi, yéen sama mbok yi yéen sama xarit yi saraxéelléenma donte benn tibbu la wala wenn sagar wala genn ñaan ndax yalla yërëm maci. Ñoogi duggu ci pax mu xóot ta xat kon dégléen liñ léendi wax bala géeni ñëw fii. Xanaa xamuléen loolu géen yor yoroon nañu ko sàgganeko ba ñëw fii jariñu ñu darra.

Al Yaddaaliyu (YYDG) neena ci Xaatimatu Tasauffi ñi faatu liñ ngëna bëggë mooy dellu adduna donte benn waxtu lañ fay am. Ndax ñu mënë jëff lubaax lu léendi jariñ buñu delloo. Kon yaw miy dundu war ngaa gaawee sak dundu bala moo faat.

Ta ngay sàmmoonteek sa biir tay wattu say cër ak say noyyi. Ndax noyyi gune daa melni wurus woo xamni mën ga cee ame koom mudul jeex ba fawwu.

Ta nga xamni bayyi sa noyyi mu dem ci ludul toppu yalla sunu borom wala nga bayyiko mu dem ci ak mooy loolu pert gu rëyla ëllëk.

Na ngay dundël say waxtu ginaaw farata yi ci ay naafila guddi ak saraxe ak koor ci bës yiñ soppu kuci woor ak wird ak sikkar ak xalaat ginaaw boo xamee ba noppi.

Ta léep looy def nga ciy yéene aw yiiw, ak di béegël jullit yi di léen defal aw yiiw, ta ngay wutël sa boppu dok boo xamni dankoy saxal, ta diko seelal, ta diko nëbbu nitñi.

Ndax lu nitñi xam, lici ëpp du bëri njariñ ëllëk.

Booy ziàrre ku faatu da ngay taxaw ci kanamam xawa tollook ay tankam wax lii :

As-salaamu h'aleykum diyaara xawmin muuminiina wa innaa in chaa-allaahu bikum laahixuuna. Yarhamul laahu al mustaxdimiina minkum wal mustaaxiriina minnaa. Antum lanaa faratun wa nahnu lakum tabah'un. Annasal laahu wax-chatakum wa ammana rawh'atakum wa jah'alal jannata mih'aadan baynanaa wa baynakum. Allahuma rabba haazihil ajsaadil baaliyati wal h'izaamil naxiratil lëtii xarajat min dunyaa wa hiya bika muuminatu. Adhil h'alayhaa rawhan minka wa salaaman minnii. Allaahuma innaka tah'lamu h'adadahum wa rahmatuka awsah'u minhum faq'fir lanaa walahum.

Allahuma iq'fir lëhum wa arhamhum wah'fu h'anhum. Soo noppee nga jàng saaru ixlass fukki yoonak benn (11) ak saaru inna ah'taynaakal kawsara benn yoon (1) ak ayaatul kursiyu benn yoon (1).

Soo noppee nga yéene ko yool bi.

Sudee nak ki faatu da ngaa yaakar ci moom barke da ngay dem féeté ko ginnaaw, jublu penku, ñaan yalla sunu boroom ci barkeem mu fac say aajo. Ginnaaw bi nak nga ñaanal ko njéengël ak yërëmande ak ngërëmul sunu boroom.

Ñu bëri ci boroom xam xam yi neena ñu kuy ziàrre xabru nit ku baax boo waxe ñaan gii loo ñaan yalla danako nangu:

Allaahuma inniya as-aluka bijaahi nabiiyika muhammadin sallaa laahu h'aleyhi wa sallama wa anbiyaa-ika wa as-fi-yaa-ika wa suhëybin wa h'ammaarin ibni yaassirin wa h'imraana ibn husayrin wa tayfuurin ibn h'iisaa wa h'abdil laahi ibnil mubaaraki wa bi hàqqi waliyi hëëzaa dariihi an tusallii h'alaa sëydina muhammadin wa h'alaa aalihii wa sahbihii wa tusallima.

Boo demee ci bàmmeel nak war na ga teewlu bu baax baña def ci sa xol leneen.

Ku dem ci armeel wax lii sunu boroom danako bindël limup ñafa neek ciy tuyaaba.

Migi nii : Allaahuma rabba haazihil arwaahi wal ajsaadil baaliyati wal h'izaamil naxiratil lëtii xarajat mina dunnyaa wa hiyë bika muuminatun. Adhil h'aleyhaa rawhaan minka wa salaaman minnii.

Amna nettili yu waxni boo waxee ñaan googu, béep jullit bu sunu boroom mësë bind danala jéeglul. Batay amna nettili yu waxni boo waxee ñaan googu, danañ ko bindël limup ñi mësë faatu ak ñiy bëgë faatu ciw yiw.

Al Imaamul Q'azaaliyu (YYDG) neena ci Tibrul Masbuuk, H'abdullaahi Ibnu H'omar (YYDG) ak ñu bëri ci ay mbokkam amnañ fukki at ak ñaar (12) di ñaan yalla wann leen H'omar Ibnul Qattàb ci ay nelaw ginaaw bamu faatoo.

Bañ ko gisee, mu melni ku sangu ba génn, gàccoo ap morso, ñu laac ko :

-Nusa boroom defak yaw ?

-Muniléen bañu jugée ci yéen ak léegi ñaata at la ?

-Ñuniko fukkak ñaar (12 ans).

-Muniléen booba ba léegi maagici hisaab. Xaw tuuti ma alku buma sunu boroom jéegalutoon.

 

Extrait de Majmah'u nuurayni fii fawaa-i-di daarayni

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké

Transcription : Serigne Moustapha Lô Kholl

 

Téléchargez l'application Toubamajalis

Facebook

(SERVICE COMMERCIAL ) Email : toubamajalis@gmail.com | webtawfeh@gmail.com

 

(REDACTION TOUBAMAJALIS) Email : sennegueye@gmail.com tel.

Chargé de communication : +221 77 539 55 17

Aller au haut