Après la pacification, les épopées dynastiques cèdent la place aux textes célébrant les cheikhs musulmans, symboles de la résistance contre le projet d’assimilation de l’administration coloniale. Ces textes marquent une évolution dans la production épique. En effet , il se libèrent de tout projet politique et se situent dans une perspective supérieure, une perspective édificatrice. Toutefois, héritiers d’une longue tradition narrative, ils reprennent des thèmes développés par l’épopée : l’ éxil, le compagnonnage, etc. ce dernier thème fera l’object de cette étude.

Ainsi, nous analyserons dans quelques poèmes à la croisée de deux cultures, la négro-africaine et l’arabo-islamique, les survivances du compagnonnage épique traditionnel, d’une part, et d’autre part , le compagnonnage dans le contexte de l’Islam soufi.

1. L’héritage de l’Epopée dynastique

A l’image des héros de l’épopée, les cheikhs, dans les poèmes les célébrant, bénéficient d’un entourage acquis à leur cause, fidèle à toute épreuve. Ces propos du gouverneur du Sénégal, dans Jasau Sakkor traduisent bien cette forme de compagnonnage entre marabout et disciple :

Ce sont les branches qui donnent l’arbre sa splendeur, n’est-ce-pas ?

J’émonderai les branches, j’arracherai la souche

Que je jetterai loin, je saccagerai le champ.

Dans le même ordre d’idées, Moussa Ka déclare, dans Marsiya Seex ibra Fall :

Une jeune mariée devant rejoindre sa demeure conjugale ne part pas sans son cortège.

Cheikh Ibra Fall est son accompagnement.

Certains membres de l’entourage du cheikh sont des adjuvants, de véritables lieutenants, dévouées ç leur chef spirituel. Cheikh Ibra Fall brave administration coloniale en envoyant des cadeaux à son guide banni par le colonisateur.

Ton envoyé se rendait au Gabon

Emmenant avec lui des sacs bien remplis.

Cet attachement indéfectible au marabout s’exprime même devant une mort certaine :

C’est dans la même année que Dieu mit, dans l’esprit

Du Gouverneur du Sénégal, l’idée de convoquer Serigne Touba à Saint-Louis.

 

Bamba envoya Ceerno Ibra Faati

Répondre à l'appel de Saint-Louis, pareil à un lion

Ainsi, Thierno Ibrahim Mbacké accepte d’aller à Saint-Louis à la place de son frère et marabout qui était pourtant voué par le Gouverneur à l’internement.

Parallèlement, se développe à une autre forme de compagnonnage (là aussi classique) mais dans la perfomance. Massiya Seex Amau Kaabir Mbay, par exemple, dépeint deux héros dont les actions sont complémentaires dans l’entreprise d’islamisation (les cheikhs Amadou Kabir et Amadou Bamba) :

Tes rapports avec Khadim ne peuvent pas être clairs :

C’est vous deux qu’on a vus éblouir ensemble les gens.

Vous étiez comme le soleil et la lune

Et avez tiré des ténèbres les contemporains.

 

Cheikh Bamba lui dit : « O notre Guide,

Nous avons reçu une mission de Seigneur,

Une mission à la fois importante et difficile.

C’est nous qui intercéderons en faveur de tous les contemporains.

Cependant, au-delà de ce compagnonnage traditionnel, on assiste à une nouvelle relation entre le marabout, le héros et son entourage , avec l’avènement de l’Islam soufi.

 

 

Extrait de "Le compagnonnage dans la littérature wolof mouride, une nouvelle perspective dans la quête ?"

Auteur : Amadou Kabir Mbaye

Téléchargez l'application Toubamajalis

Facebook

(SERVICE COMMERCIAL ) Email : toubamajalis@gmail.com | webtawfeh@gmail.com

 

(REDACTION TOUBAMAJALIS) Email : sennegueye@gmail.com tel.

Chargé de communication : +221 77 539 55 17

Aller au haut