La bonne conduite occupe une place très importante au sein de la Mouridiya à tel point que la bonne conduite en est l'un des signes distinctifs en tous lieux. Les signes de bonne conduite et de respect que le mouride manifeste à l'endroit de son guide religieux et des personnes plus âgées que lui ainsi que le respect mutuel avec ses confrères sont devenus une tradition bien ancrée de génération en génération.

Il y a parmi les facteurs qui expliquent cette place de la bonne conduite, au sein de cette confrérie le fait que son fondateur a spécialement écrit un livre sur les règles de bonne conduite pour répondre au désir de certains disciples mourides qui lui avaient demandé de leur écrire un poème sur les fondements et les règles mères de bonne conduite. Et il a intitulé ce livre « Nahj qadâ al- hâj fî mâ min-al aadabi ilayhi-l murîd yahtâj». Ce livre est unique en son genre et mérite, à mon avis, d'être inclus dans les programmes scolaires destinés à l'éducation de nos enfants pour qu'ils puissent associer le savoir utile et la bonne conduite bien agrée.

Le Cheikh dit :

L'abondance du savoir sans bonne conduite

mène à la nuisance et à la fatique

Le Cheikh a expliqué dans le préambule de ce livre le motif qui l'a poussé à l'écrire, ainsi que la haute place de la bonne conduite au sein de la Mouridiya. Voici ces propos :

Me voici aujourd'hui en train de répondre

au désir de certains disciples qui retournent vers Dieu

 

 

Me demandant d'écrire un poème sur la bonne conduite

pour qu'ils puissent avoir une bonne conduite, ce qui est obligatoire

 

Car tout personne qui s'efforce dans

la religion sans la bonne conduite

sera privé de la réussite et de tous les autres profits

 

Et elle est, dans les deux demeures, le meilleur trésor

et le meilleur motif de fierté d'un homme digne

 

Car c'est elle qui illumine les coeurs

de même qu'elle mène au Paradis

 

Elle suscite l'éloge des voisins

de même qu'elle éloigne de l'enfer

 

Dans son livre «Masâlik-al-jinân», le Cheikh confirme l'importance et la nécessité de la bonne conduite pour celui qui veut accéder à Dieu en disant:

Sache que Dieu nous dote dans les deux demeures

de la lumière de par sa faveur

 

Que ce qui enjolive le mieux un jeune homme

c'est ne pas se séparer de la bonne conduite là où il puisse se trouver

 

Car c'est elle qui mène au tout Miséricordieux

de même, c'est elle qui mène au Paradis

 

Ainsi qui cherche par une voie autre que la bonne conduite à

accéder à Dieu n'est qu'un sot et point un noble

 

{fcomment}

L'islam comme solution géopolitique: Conférence de Serigne Afé Niang Gaston Berger 2015. 

 

L'islam comme solution géopolitique: Conférence de Serigne Afé Niang Gaston Berger 2015. 

 

{

 

{fcomment}

Témoignage sur Serigne Mourtada par Serigne Sam Mbaye. Témoignage sur Serigne Mourtada par Serigne Sam Mbaye

Témoignage sur Serigne Mourtada par Serigne Sam Mbaye

Témoignage sur Serigne Mourtada par Serigne Sam Mbaye

 

 

{fcomment}

Temps forts journée Sante Yalla Sante Serigne Touba DMB UGB.  Temps forts journée Sante Yalla Sante Serigne Touba DMB UGB.

 

Temps forts journée Sante Yalla Sante Serigne Touba DMB UGB.

 

{fcomment}

Une conference de Cheikh Abdallah Fahmi sur le Prophete Mouhamed et son serviteur, Cheikh Ahmadou Bamba.

Du Prophete Mohamed à Khadimou Rassoul (Par S. Abdallah Fahmi)

 

 

{fcomment}

« Je ne suis pas devenu Baye Fall, je suis né Baye Fall mais je ne le savais pas ». C’est la conviction de Sylvain dit Babacar Sall, Français d’origine et Sénégalais d’adoption. Il est devenu « Baye Fall » grâce à Serigne Babacar Mbow de Ndeem. A l’instar de ses condisciples, il participe aux travaux de réhabilitation et de viabilisation de Mbacké Kadior.

Cousin du footballeur Cherif Sall de Louga, Babacar Sall, nom sénégalais que ce Français d’origine a pris, a passé 15 ans au Sénégal. Arrivé au Sénégal en 2000, il est devenu mouride cinq ans plus tard, après avoir rencontré Serigne Babacar Mbow, disciple du Khalife général des « Baye Fall » Serigne Cheikh Dieumbe Fall basé à Ndeem, village situé près de Diourbel. « Je ne suis pas devenu Baye Fall, je suis né Baye Fall mais je ne le savais pas », déclare-t-il. Pour lui, beaucoup de gens sont des « Baye Fall » sur terre. « Quand ils ont de la chance, ils peuvent le savoir. Je suis « Baye Fall » à la naissance et c’est Serigne Babacar Mbow qui m’a aidé à le savoir, à le comprendre et à le vivre », souligne-t-il.

Sur le choix de son nom sénégalais, il a relevé que c’est la famille Sall de Louga qui l’a adopté, alors qu’il traversait des moments difficiles. Ce montagnard âgé de 50 ans ayant « un caractère de fou » se définit d’ailleurs comme « un grand guerrier ». A l’image de l’étudiant Mamoune Guèye, il a regagné Mbacké Kadior avec sa famille.

« Je n’ai pas de problème. Je suis tranquille. Je lis les panégyriques en français », ajoute-t-il. Géomètre et carreleur, il a travaillé un peu partout, notamment au palais de la République sous le président Abdoulaye Wade, avant que son chemin ne croise celui de Serigne Babacar Mbow. Cela fait 10 ans qu’il est devenu disciple de ce Cheikh « Baye Fall » du village de Ndeem, près de Diourbel.

« Je suis arrivé par hasard dans ce village. J’y ai fondé une famille. J’ai une femme et un fils. Je vis dans ce village avec mes condisciples. Je pense que dans le cœur, on a eu la bénédiction de Dieu avant la naissance, on était prédestiné à être Baye Fall », soutient-il.

Sylvain, de son nom de naissance avant de devenir mouride, s’occupe aujourd’hui des implantations, du nivelage et toute la géométrie sur les différents sites. « J’ai tout le matériel pour ce travail. C’est pour Dieu qu’on travaille. En participant à la réalisation de cette œuvre, nous aurons certainement l’agrément divin », espère-t-il. Aujourd’hui, fait-il remarquer, « c’est peut-être difficile de s’engager dans des entreprises pareilles mais nous récolterons les fruits de notre engagement ».

« Il suffit de passer une seule nuit ici pour se rendre compte qu’il y a des forces invisibles. Vous savez, Dieu nous a donné des yeux pour nous rendre aveugles. Comme çà, on voit les choses visibles et non celles cachées. La preuve, conclut-il, « il n’y a que le cœur pour voir à la place des yeux chez le fou ».

Les envoyés spéciaux du journal le Soleil Souleymane Diam SY, Mamadou DIEYE (textes) et Assane SOW (photos)

 

{fcomment}

Le témoignage émouvant d'un ancien ministre Mauritanien Serigne Madina Bâ sur Serigne Touba. Le témoignage émouvant d'un ancien ministre Mauritanien sur Serigne Touba

 

Le témoignage émouvant d'un ancien ministre Mauritanien Serigne Madina Bâ sur Serigne Touba.

Abonnez-vous à la page Youtube Toubamajalis.com juste à droite de votre écran pour plus de vidéos 

 

{fcomment}

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le rappel à Dieu de Sokhna Soukeyna MBACKE, la sœur de Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké khalife général des mourides, et fille de Sokhna Indou MBACKE bint Cheikh Thioro MBACKE frère de serigne Touba, elle s’est éteinte ce vendredi 24 avril 2015. Elle vivait à Saint-Louis au quartier Sud. L’enterrement aura lieu le samedi 25 avril 2015 à la mosquée Sud Saint-Louis.

TOUBAMAJALIS s’associe à cette douleur et prie pour que le TOUT PUISSANT l’accueille en son paradis. Et présente ses condoléances au monde musulman en général, la communauté Mourides en particulier, et toute la population de Saint-Louis. Ina ilahi wa ina ileyhi radjioune.....

 

NDARINFO

 

{fcomment}

SALIOU BRESCIA NDONGOL DE SERIGNE SALIOU MBACKE  SALIOU BRESCIA NDONGOL DE SERIGNE SALIOU MBACKE

SALIOU BRESCIA NDONGOL DE SERIGNE SALIOU MBACKE

 

{fcomment}

Voici les dates de la tournée annuelle de Serigne Mame Mor Mbackè Mourtada qui aura lieu en Italie en juin 2015.

 

 

 

 

 

DATE                              DESTINATION                                 PROGRAMME

Lundi 01 juin                    CATANIA                                            ZIAR

Mardi 02 juin                    Cagliari (Sardenia)                               ARRIVEE

Mercredi 03 juin                Cagliari (Sardenia)                               ZIAR

Jeudi 04 juin                    SASSARI                                            ZIAR

Vendredi 05 juin               TRIESTE                                            ZIAR

Samedi 06 juin                 TREVISO                                            ZIAR

Dimanche 07 juin              BRESCIA                                            ARRIVEE

Lundi 08 juin                                  JOURNEE CHEIKH AHMADOU BAMABA

Mardi 09 juin                    BERGAMO                                          ZIAR

Mercredi 10 juin                GENEVA                                             ZIAR

Jeudi 11 juin                    RIMINI                                              ARRIVEE

Vendredi 12 juin               RIMINI                                              ZIAR

Samedi 13 juin                 PARMA                                              ZIAR

Dimanche 14 juin             LIVORNO                                           ZIAR

Lundi 15 juin                   LIVORNO-BARI                                   ARRIVEE

Mardi 16 juin                   BARI                                                 ZIAR

Mercredi 17 juin               NAPOLI                                             ZIAR

Jeudi 18 juin                   NAPOLI-ROMA                                    ARRIVEE

Vendredi 19 juin              ROMA                                                ZIAR

Samedi 20 juin                TORINA-NOVARA                                ZIAR

Dimanche 21 juin            MILANO                                             ZIAR

 

Mamadou Thiam

Chargé de mission

 

{fcomment}

Maquette de la future Résidence Khadimou Rassoul à Ouakam

Serigne Saliou Sow " La lutte Sénégalaise (Lambji) est Haram tant que ...." . Serigne Saliou Sow " La lutte Sénégalaise (Lambji) est Haram tant que ...."

Serigne Saliou Sow " La lutte Sénégalaise (Lambji) est Haram tant que ...."

 

 

{fcomment}

Nous voudrions demandé (car c’est un phénomène qui fait couler beaucoup de salives dans le pays, et sur lequel nous aimerions être éclairés) des explications sur le mot ‘‘Bid’ha’’ auquel les savants ont donné deux sens :

- « Bid’ha Hasana » : qui est belle

- « Bid’ha Sayyi’a » : qui est vilaine

Aujourd’hui, on a une autre interprétation du mot. On dit de nos jours que tous les bid’ha sont identiques ; il n’y en a pas de belle ; ils se réfèrent au hadith qui dit « Kullu bid’hatin dalaala ... ». Ma question est la suivante : quelle était la référence des premiers qui avaient divisé le bid’ha en deux parties ou alors cette référence ne doit-elle pas être valable pour les derniers ?

Réponse

Al Bid’ha a toujours signifié, même avant l’Islam, nouveauté. Cela veut dire, pour l’Islam ce qui ne faisait pas partie de ses pratiques. Mais vous savez que les ulema se fondent sur un hadith pour dire que tout ce qu’on appelle Bid’ha est une mauvaise chose. Ils ont l’habitude citer le texte qui dit : «... kullu bid’hatin dalaalatin wa kullu dalaa- latin fiin Naar » (« ...méfez-vous des innovations car toute nouveauté est un égarement et tout égarement conduit en Enfer »). Les savants ont vu qu’il existe des pratiques dont on ne peut pas dire qu’elles se faisaient du vivant du Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) mais que nul ne peut séparer de l’Islam. Ce sont des pratiques islamiques mais les sahaaba les ignoraient car ils n’ont jamais vu le Prophète (an- leyhi-s-salaatu wa-s-salaam) ou un sahaaba faire de telles pratiques. Ils n’ont pas pu s’empêcher de les appeler Bid’ha car ce sont des pratiques nouvelles mais puisque ce sont des pratiques qui ont beaucoup de mérites, ils ont ajouté le mot « belles » ; ils ont donc dit ce sont de belles innovations pour les opposer à d’autres qu’ils appellent les « mauvaises innovations » qui ne sont pas conformes aux pratiques de l’Islam. Ils ont donné comme exemple de belle nouveauté, le Gamou et les choses qui lui ressemblent. Ils ont dit qu’on a jamais célébré le Gamou du vivant du Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) et après sa mort, les sahaaba ne l’ont jamais fait. C’est Al Maalikul Muzafar qui a, le premier, célébré le Mawlidu-n-Nabi. Mais ils ont vu qu’il n’est rien d’autre que la célébration de la naissance du Prophète (anleyhi-s-sa- laatu wa-s-salaam), ils ont dit alors, c’est une excellente chose. Car, c’est lui qui est venu pour sauver les créatures et partout dans le monde où se trouvent des hommes importants, on a trouvé pour eux des jours de fête pour célébrer leur gloire. Donc notre Prophète (an- leyhi-s-salaatu wa-s-salaam) qui est le sauveur de l’ensemble des créatures (la première de toutes les créatures) mérite plus que quiconque une telle manifestation.

Et si on y regarde de plus prêt, nous verrons que tous les musulmans du monde sont unanimes sur l’importance du Gamou. Ils ont donc dit que le Gamou est une belle nouveauté. Pourquoi l’ont-ils appelé Bid’ha ? c’est qu’on n’a jamais célébré d’anniversaire en Islam. Le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) est le meilleur de tous les hommes, donc si on doit célébré un anniversaire c’est du sien qu’il doit s’agir et pourtant ni les sahaaba ni les épigones ne l’ont fait. C’est seulement partir de la troisième génération qu’on a commencé à célébrer le Gamou. Pourquoi l’ont-ils appelé une belle nouveauté ? Nul ne peut dire que célébrer la naissance du Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) est une vilaine chose.

Voyons maintenant ce qu’on appelle Bid’ha : toute chose, toute pratique que les sahaaba ignoraient..... Ah ! là, il en existe donc beaucoup : - Enseigner le Fiqh (la loi islamique) est du Bid’ha

- La façon dont a élaboré le Tawhid (la théologie), en posant des questions pour ensuite leur trouver des réponses ( ilmul kalaam = apologie défensive) est du Bid’ha - Le nahwu (la grammaire arabe dans l’Islam)

- Le harùd, le bayaan, le mantiq etc....etc.....sont donc tous des Bid’ha.

On peut dire que tout cela fait partie de la religion mais ne constitue pas des actes d’adoration.

On appelle Bid’ha, adorer DIEU d’une façon que le Prophète (an- leyhi-s-salaatu wa-s-salaam) ne faisait pas et ils ne peuvent pas rejeter le Mawlid car il a beaucoup de mérite c’est pourquoi ils ont dit un « belle bid’ha ». Celui qui dit que c’est un bid’ha hasana a les mêmes arguments que celui qui dit que le Mawlid n’est pas un Bid’ha. En réalité ils disent la même chose. Car le premier l’a ainsi appelé tout simplement parce que cette pratique ne se faisait pas du vivant du Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam). Il a ajouté le mot hasana (beau) car pour lui, il vaut mieux le faire que de ne pas le faire.

Mais comme je l’ai dit tout à l’heure, le Bid’ha est en réalité agir d’une façon contraire à l’esprit de l’Islam. Le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa- s-salaam) lui-même faisait ces pratiques : choisir un jour dont on sait que c’est un grand jour pour oeuvrer n’est pas du Bid’ha car, comme le Cheikh l’a dit dans son Masàlik concernant l’Imam Malick :

« Maalik notre Imam avait l’habitude de jeûner dans un mois trois (3) jours cela lui fait, grâce à la multiplication par dix (10) que DIEU accorde par sa bonté, comme s’il jeunait tout le temps ». On a vu que chaque savant (uléma) a une façcon d’adorer DIEU qu’il a observé et qu’on ne peut pas appelé Bid’ha. On a vu que les sahaaba observaient certaines pratiques et quand le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) l’apprenait, il les y encourageait ou les en félicitait. Nous savons également que c’est le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) qui a fait du Ijtihaad une sunna.

Que signife Ijtihad ?

Un jour, le Prophète (an- leyhi-s-salaatu wa-s-salaam) avait dit aux musulmans : « Que quiconque croit en DIEU et au Jour ultime ne célèbre la prière de l’aprés-midi que quand il aura atteint le village des Banu khuraifa ». En cours de route, les musulmans se divisèrent en deux groupes. Les uns ont observé la prière avant d’atteindre le lieu et les autres ont attendu d’arriver sur place pour prier. A son arrivée dans les lieux, sa première question fut : « avez-vous prié ? » Une partie de l’assemblée répondit non et l’autre si. Il demanda aux premiers : pourquoi n’avez-vous pas prié ? Ils répondirent : « c’est vous qui aviez dit que quiconque croit en DIEU et au jour ultime ne prie que quand il aura atteint cet endroit. Or nous croyons en DIEU et au jour ultime, voilà pourquoi, nous n’avons pas observé la prière. » Il demanda aux autres pourquoi vous avez prié et ils lui dirent : « Nous connaissons l’importance que DIEU et vous même avez donné à la prière et nous avons compris que c’est parce que vous avez voulu nous exhorter à marcher vite que vous aviez dit cela mais vous n’aviez pas pour intention de retarder l’heure de la prière. Voilà pourquoi nous avons prié en cours de route». Le Prophète (an- leyhi-s-salaatu wa-s-salaam) n’a donné raison ni aux uns ni aux autres. Il a montré par là que si on dit « Al yawma akmaltu lakum diinikum » : « la religion est complète aujourd’hui » cela ne signife pas que tous les mas’ala possibles ont été examinés et traités mais tout simplement qu’il nous a fait comprendre l’esprit de la religion. Nous pouvons donc juger nous-mêmes et prendre nos décisions par rapport à ce qu’elle aime et qu’elle n’aime pas. Cela rejette donc le Bid’ha. Le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) a posé une question à Amar Ibnul Ass et lui demande de faire le Ijtihaad (efort personnel de reflexion) pour trouver la réponse. Celui-ci lui dit « m’est-il permis de faire le Ijtihaad à votre présence ?».

Le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) lui dit « N’est-il pas un honneur pour vous de faire le Ijtihaad devant moi ? ». Il voulait tout simplement enseigner le Ijtihaad. Que veut dire le Ijtihaad ? Le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) savait que le monde progresse et connaîtra des changements et beaucoup d’évènements que les gens ne connaissaient pas hier. Si de telles choses se produisent, nous devons, nous musulmans, les juger selon les principes de l’Islam. Nous verrons que l’Islam n’a pas jugé ces évènements tout simplement parcequ’il ne les connaissait pas mais si nous nous référons aux évènements qui se sont produits et aux jugements que l’Islam a fait sur ces évènements (donc à la jurisprudence islamique), nous parviendrons à prendre, par rapport à ces évènements nouveaux, une décision conforme à l’esprit de l’Islam....

L’on peut donc faire un efort pour connaître le chemin qui conduit au Paradis et dans cette analyse on verra que rien n’est plus important que célébrer l’anniversaire du Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s- salaam) car c’est un grand jour. Comme j’avais dit que de la même façon que notre SEIGNEUR a partagé les mérites entre les hommes, Il en a fait autant pour les jours, les moments, les milieux ....

Vous savez que la nuit du jeudi au vendredi, la grande nuit de la révélation (Laylatu-l-Qadri), la nuit de la Naissance du Prophète anleyhi-s-sa- laatu wa-s-salaam (Mawlud) sont de très grands moments pour l’Islam. Donc, puisque l’Islam t’a donné la possibilité de choisir une nuit de vendredi pendant laquelle tu décides de faire 300000 ou plus de salaat anla Nabi, nul ne peut te dire que cela est du bid’ha. Car c’est un Ijtihaad et de plus le salaatu anlaa-n-Nabi que tu fais était recommandé par le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) ; c’est donc une suna. Il a beaucoup d’intérêts. De même si tu décides de jeûner tant de jours par moi, cela n’est pas du Bid’ha, c’est du Ijtihaad ; tu as fait une analyse pour découvrir que c’est une chose acceptée par la charia et qui comporte beaucoup de bienfaits alors tu en as fait une obligation personnelle. Il en est de même pour celui qui s’est rendu compte qu’il n’a pas été très dynamique dans l’adoration de DIEU et que quelqu’un est venu ofensé et qui décide de le pardonner pour obtenir une grande récompense auprès de DIEU. Cela est un acte que tu t’es assigné et que nul ne peut appeler bid’ha car, c’est permis par l’Islam. Donc ceux qui disent que ces choses sont des bid’ha hasana se trompent. Ce ne sont pas des bid’ha, elles font partie intégrante de l’Islam.

Si nous nous référons au hadith ou aux pratiques des sahaaba nous verrons que cela est du Ijtihaad et c’était courant du vivant du Pro- phète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam), les exemples sont nombreux, qui illustrent cela :

- un groupe de sahaabas avait rencontré un malade sur leur chemin qu’ils ont soigné à partir de la fatiha et on leur donna pour honoraire, un mouton. A leur arrivée, le Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) leur dit : « donnez-moi ma part du mouton. Qui vous a dit que la fatiha est un remède ? ». Ils ont fait du ijtihaad. Quiconque a du zèle ne peut pas manquer de faire le ijtihaad. C’est comme celui qui se lève un jour et qui dit : je vais faire aujourd’hui 1000 laa ilaaha ilal-Lah, ou je vais prier 50 rakaas, ou je vais lire la totalité du Coran parce que je n’ai pas beaucoup fait dans la voie de DIEU ces jours-ci ; c’est du Ijtihaad qu’il a fait.

Donc ceux qui ont dit que ce n’est pas du bid’ha ont raison. Ce sont les autres qui sont contradictoires car leur référence est « kullu bid’hatin dalaalatin... » Il n’est donc pas possible d’avoir une belle bid’ha. Le hadith qui dit « Ummatii laa tajtahi anlaa dalaalatin » a exclu le mawlud des bid’ha car toute la communauté du Prophète (anleyhi-s-salaatu wa-s-salaam) célèbre aujourd’hui le gamu et puisque c’est lui-même qui avait dit que ma communauté ne sera jamais unanime sur une pratique qui relève de la perdition, alors le gamou n’est pas un bid’ha.

 

 

《Les grandes conférences islamiques de Serigne Saam Mbaye》

Thème: La Prière sur la Mer de Cheikh Ahmadou Bamba, Xadiimu-r-Rassulillah.

(Diamalaye) - Dakar, le 21/09/1995.

Page 148 sur 188

Téléchargez l'application Toubamajalis

Facebook

(SERVICE COMMERCIAL ) Email : toubamajalis@gmail.com | webtawfeh@gmail.com

 

(REDACTION TOUBAMAJALIS) Email : sennegueye@gmail.com tel.

Chargé de communication : +221 77 539 55 17

Aller au haut