in

DAHOMEY…

À Dahomey, Mon Seigneur m’a honoré d’une merveilleuse manière. Quand j’ai sorti une bouteille de parfum dans le bateau afin de parfumer mes habits et mes livres, on m’a dit de jeter la bouteille dans l’océan. Ce que j’ai fait sans hésiter. Lorsque le bateau accosta à Dahomey, une foule de musulmans était venue me voir et chacun avait une bouteille de parfum qu’il m’a remise. Ainsi, ils m’ont dit : « Nous sommes venus pour te saluer, car nous avons entendu que tu es dans le bateau. »

Parmi les honneurs que j’ai eus dans le bateau : le commandant du bateau en personne est venu me voir. Il n’a pas arrêté de s’apitoyer sur mon sort. Ainsi il me dit : « Tu n’as rien fait. Tu es une victime. ».De même , un médecin se trouvant dans l’équipage du bateau et est venu me voir. Il m’a dit ceci : « Je t’aime et je t’aiderai de toutes mes forces. Dans le bateau y trouvait aussi un jeune blanc qui était sous mon service à l’image des Mourides. Durant tout le voyage, j’étais sous la protection d’Allah. Mon coeur baignait dans une sérénité indescriptible jusqu’à notre arrivée au Gabon.

( L’Abreuvoir du Commensal, Serigne Mouhammadou Lamine Diop, traduction M. Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Cheikh Ahmadou Bamba, Un saint aux multiples prodiges.

Serigne Mountakha Mbacké: la lumière d’une génération