in

Exil au Gabon : Ce que l’amour pour Serigne Touba a fait à ce soldat.

” Un jour un homme avait trouvé Serigne Touba sur un lieu où il était entrain de rire tout seul hors de toute conversation. C’est ainsi que Serigne Touba lui dit : tu dois être étonné de voir un adulte qui rit tout seul ? Mais si tu savais ce que je rigole, toi aussi, tu en rigolerais. Ainsi, il lui dit : Lorsque j’étais au Gabon dans le camp militaire, il y avait deux soldats qui étaient chargés de s’occuper de moi. L’un plutôt gradé était le chef de l’autre qui était dans une position de subordonné. 
Le chef me detestait et le subordonné m’admirait et m’aimait. Ce dernier s’occupait de moi comme l’aurait fait un disciple mouride , mais tout ce qu’il faisait, il le faisait en cachette et de maniere intelligente pour que le chef ne s’en rende pas compte.

Et un matin il était venu me voir avec le sourire aux lévres, alors je lui demande : que souris-tu ? Il me répond : je suis devenu le patron de celui qui était mon chef. Ainsi, je lui dis : Dieu est grand ! Aprés peu de temps, celui qui était le plus gradé d’entre eux a pris la décision de me déplacer dans un autre endroit plus atroce d’autant plus qu’il me vouait une haine indescriptible. Malgre que je sois déplacé dans un autre lieu, le subalterne devenu chef , a continué à m’écrire pour prendre de mes nouvelles.

Ainsi, nous avons continué à garder le contact jusqu’au moment où je n’avais plus ses nouvelles. Ainsi, je ne recevais plus de lettre venant de lui. Et voici que j’ai décidé de le chercher dans le bas-monde sans toutefois le retrouver. Alors , je me suis dit peut être, il doit être à barzakh dans la partie réservée aux mécréants, mais en le cherchant là-bas aussi, je ne l’ai pas vu non plus. C’est ainsi que je me suis tourné là ( barzakh) où attendent les croyants. A ma grande surprise, je le vois tout allongé dans un hamac en or qui se balançait. Alors, je lui demande : ne serais-tu pas mon ami au Gabon? Il me répond : effectivement , c’est moi ! A la suite , je lui demande : comment tu as fait pour venir ici ? Il me répond : ton amour !

Et Serigne Touba de dire à l’homme : tu sais, ce qui m’a le plus rigolé dans tout cela, c’est que l’autre faisait tout ce qui était dans la tradition du blanc. Il n’avait rien laissé de leurs pratiques. Mais l’amour sincére qu’il me portait, a fait de lui un bienheureux. Seul l’amour est la veritable source de bienfaits d’ici-bas comme dans l’au-dela ! “

(L’arbre de Touba, Serigne Aladji Mbacke, transcription M. Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Dieu est beau et aime la beauté

Ramadan Touba 2019 : Le khalife Général des mourides décline son programme