in

La réponse de Serigne Balla Fally Dieng

Un jeudi après la prière de takusaan ( ‘asr), Serigne Touba avait dit à Serigne Mouhamadane Touré ceci : tu diras à tous les disciples que j’aurai besoin de m’entretenir avec eux après la prière de timis ( maghrib) au niveau de la mosquée. Ainsi, lorsqu’il a fini de prier, il leur demanda : vous êtes venus ? Ils répondent : oui ! Alors, Serigne Touba dit : quiconque est venu ici pour le paradis et la bénédiction ( barke), il peut retourner d’où il venait, car ces deux n’existent pas ici. Que je ne le répète pas. C’est ainsi qu’il se leva et partit. Le jeudi suivant, Serigne Touba revint à la même heure et dit à Serigne Mouhamadane Touré : où sont les disciples? Ils sont tous partis ? Serigne Mouhamadane lui répond : Il en reste encore d’autres disciples. Alors, Serigne Touba lui dit : appelle les ! Lorsqu’ils sont venus, en ce moment, il avait fini de prier, alors il leur dit : c’est en pareil moment de la semaine dernière que je vous avez dit que quiconque est venu ici pour le paradis et la bénédiction ( barke) , il peut retourner d’où il venait , car ces deux n’existent pas ici. Que je ne vous le répète pas ! En cela, certains sont partis. A la semaine suivante, c’est-à-dire le jeudi suivant, Serigne Touba posa la même question à Serigne Mouhamadane Toure à savoir: ils sont tous partis cette fois ? Il répond : il reste encore des disciples. Serigne Touba lui dit : dites leur qu’on se retrouve à la mosquée. Lorsqu’il a fini de prier, il était à l’image d’un lion. Alors, il leur dit : partez si vous êtes venus ici rien que pour le paradis et la bénédiction ( barke). Je ne vous avais pas dit cette phrase la semaine dernière ? Alors pourquoi êtes-vous là encore ? Que je ne me répète pas. Lorsqu’il etait encore jeudi, ce qui faisait au total un mois, Serigne Touba sortit et demanda à Serigne Mouhamadane Touré ceci : ils sont partis ? Il répond : il en reste encore. Serigne Touba lui dit : appelle les ! Quand ils sont venus, Serigne Touba leur dit : qu’est-ce que vous faites encore là ? Ne vous avais-je pas dit de partir ? Je ne vais pas me répéter encore. Quiconque est venu ici pour le paradis et la bénédiction, il peut partir, car il y’en pas ici. Que je ne le répète pas !

Ainsi, Serigne Balla Faaly Dieng lui dit : nous ne te suivrons pas que pour le paradis et la bénédiction. Nous te suivrons même si nous mourons ou que nous mendions ou bien que nous irons en enfer. Nous ne te suivrons ni pour le paradis ni pour la bénédiction. Et Serigne Touba de dire : Bismillah ! Comment peut-on abandonner sa maman, son père et la localité qu’on residait rien que pour suivre un serviteur comme toi dont les parents ne sont pas supérieurs aux tiens ? Serigne Balla Faaly Dieng lui répond : tu es le premier à les abandonner. Dans cette terre de la Mauritanie, tu n’y possèdes ni père ni mère. Notre comportement est motivé par Celui que tu suives. Nous ne reculerons jamais. Nous ne retournerons jamais . C’est ainsi que Serigne Touba se leva, entra dans la pièce, revint et demanda ceci : que celui qui m’a répondu se presente? Serigne Balla Faaly Dieng lui répond : je suis là ! Serigne Touba lui remit un papier où il était écrit : “Je suis devenu le voisin de Dieu par Son Livre jusqu’au paradis.” Alors, il dit : je suis devenu le voisin de Celui qui motive votre posture et rien ne me séparera de Lui. Si je constate que votre posture est sincère en vous, alors si j’entends, je vous informerai. Si je vois, je vous montrerai. Si j’ai, je vous donnerai.

( L’arbre Touba, Serigne Aladji Mbacke, traduction M.Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Un aspirant peut-il céder ses bonnes œuvres à son maître spirituel ?

Nouakchott 2010, le discours de Serigne Bass en l’endroit des talibes