in

Le commandant de Diourbel qui avait osé convoquer Serigne Touba

Un jour pendant les travaux de la mosquée de Ndiareem, nous étions entrain de fractionner les pierres pour les donner aux autres qui construisaient à l’intérieur du batiment de la mosquee ( Ndiareem) . En même temps que l’on faisait ce travail, l’on chantait des vers de Jazbul Xulub ( l’attirance des coeurs) dans l’objectif de détendre l’ambiance. Ainsi, si l’un disait :

” En effet, un pretentieux general ( Abraha) se dirigea vers le temple sacré de Dieu aux fins de le detruire par pure ignorance..” (vers 93)

L’autre reprenait à son tour :

” Aussi Dieu réagit, selon Sa volonté et par grâce du Prophète contre l’armée de ce général et voua a l’échec sa machination” (vers 94)

Nous étions dans cette ambiance, alors le commandant se présenta mais nous continuons à faire notre travail sans rien y changer. Frustré peut être , le commandant interpella Serigne Mor Diop le prit par la main et l’emmena avec lui.
Lorsque Serigne Issa Diene avait été mis au courant, il partit afin de le recupérer. Apres discussion avec le commandant, ce dernier lui dit : je ne le lacherai pas tant que Serigne Touba ne vienne en personne. Je vais le retenir ici parce qu’il ne donne pas une bonne éducation à ses jeunes. Quand je me suis presenté devant eux , ils n’ont même pas eu la politesse de se lever pour me saluer. Ils ne m’ont même pas calculé. Ils étaient la à dire ce que vous dîtes tous les jours.
C’est ainsi que Serigne Issa Diene retourna voir Serigne Mor Absa pour lui dire d’en parler à Serigne Touba. Et ce dernier, mis au courant lui dit : Apres la prière de ‘asr , on y ira !

Apres la prière de ‘asr, il m’appela avec d’autres personnes afin de se rendre dans les bureaux du commandant. Voilà qu’on s’approchait des bureaux du Commandant, mais ce dernier des qu’il nous a aperçus, il s’est sauvé en disant : c’est Serigne Touba qui arrive, s’il trouve quelqu’un ici, cette personne aura de serieux problèmes.
Lorsque Serigne Touba s’est présente dans les lieux , il dit : qui m’a appelé (3fois) ? Et personne n’a repondu. C’est ainsi que Made Sene , un agent du commandant, rampa tout doucement et lui dit : c’est le commandant, mais il s’est sauvé dés qu’il t’a aperçu. Et Serigne Touba lui dit : cam ( degout) ! Comment peux-tu convoquer quelqu’un , alors que tu n’as même pas l’audace de l’affronter dans les yeux.

Et Serigne Touba de demander à Made : d’où es-tu originaire dans ce pays ? Il répond : Waalo ! Serigne Touba lui demande : est ce que vous avez des limites par rapport au fleuve qui se trouve là-bas ou bien vous en faites tout ce que vous voulez ? Et Made Sene de répondre : il se nomme ñukk ( à laisser) ! C’est ainsi que Serigne Touba lui dit : moi aussi je me nomme ainsi ! “

( L’arbre de Touba, Serigne Aladji Mbacke, trancription M.Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Aujourd’hui, 7 juin 1963 : Serigne Fallou Mbacké inaugure la grande mosquée de Touba

Les archives dans l’histoire du Sénégal