in

Le Coran avait prédit en parabole cette prière de Serigne Touba sur l’Océan.

Question 7

Je voudrai savoir si le Coran ou les hadiths avaient abrégé (junj en wolof) la prière que Serigne Touba avait faite sur l’Océan. Je voudrai savoir également comment Serigne Touba avait fait pour retourner sur le bateau après cette prière.

Réponse

Je ne répondrai pas à la deuxième partie de votre question car elle relève de l’histoire. Ce sont ceux qui étaient présents sur les lieux et lui-même qui le savent. Je pense que ce qui nous préoccupe ce n’est pas comment il avait fait pour rejoindre le bateau. Ce qui est certain c’est que quiconque est capable de quitter un bateau pour prier sur l’Océan pourra y retourner sans difficulté.

Quant à la première partie qui demande si le Coran avait prédit en parabole cette prière de Serigne Touba sur l’Océan, je répons : oui ! le Coran l’a abrégé.

L’abrégé du Coran pour celui qui ne connaît pas est comme s’il n’avait rien dit. Quand il dit (quand le Coran dit) par exemple : « Maa faradnaa fil kitaabi min shay’in » (« Nous n’avons rien négligé dans le livre ») ; quelqu’un demanda :

– « A-t-il donc donné le poids du pain que monsieur X prépare à la boulangerie ? »

et on lui répond :

– « En effet, bien sûr que oui, le Coran l’a bel et bien dit ».

– « Ah bon ! où donc l’a -t-il dit ? » dit-il

on lui répond :

– « Fas’alu ahla zikri in kuntum laa tahlamùna », « Si tu demandes au boulanger le poids de son pain il te le donnera ».

Un autre lui dit : – « Le Coran a-t-il parlé de Paris ou d’un autre pays parmi les pays occidentaux ? »

Il lui dit : « en effet ». La personne lui demande :

– « peux tu m’indiquer où ? »

– « Sa ùriikum daaral faasiqiina »36 lui dit-il, etc….

Les exemples sont nombreux dans le Coran qui confirment bien des choses de cette nature.

Maintenant si on me demande à quel endroit le Coran a parlé de la prière de Serigne Touba sur l’Océan, je répondrai tout simplement en effet, le Coran a brossé toute chose. Je ne parle pas d’ailleurs du verset « Maa faradnaa fil kitaabi min shay’in », mais d’un autre verset plus explicite encore et qui est : « Innal Laha yaf’alu maa yashaa’u » (« Notre SEIGNEUR fait ce qu’Il veut »). Donc la prière de Serigne Touba sur l’Océan relève de la seule Volonté de notre SEIGNEUR. De même le verset « Yaf’alu maa yuriid » montre que la prière de Serigne Touba plaît à notre SEIGNEUR et c’est pourquoi il l’a fait.

Conférence de Serigne Sam Mbaye

Parcelles Assainies (Diamalaye)- Dakar Le 21/01/1995

 

{fcomment}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

L’ Appel de serigne Sam Mbaye à préserver le Coran

Serigne Saam Mbaye : La perception du musulman face au facteur temps