in

Les poèmes de Serigne Touba !

Une fois , Serigne Touba avait dit à Serigne Massamba Mbacke ceci : le fajr, ( matin) je voudrai que les chanteurs de qacida ( poèmes ) viennent chanter, car le destinataire des poèmes veut les écouter pendant le fajr ( matin). Ainsi, il lui remit 52 francs ( à l’époque ) et lui dit : tu les acheteras des vêtements qui peuvent les protéger contre le froid. Alors, Serigne Massamba lui répond : je m’en chargerai, mais je voudrai que tu gardes l’argent. Serigne Touba lui dit : oui, mais je voudrai qu’au jour du jugement dernier, qu’on me retribue en même temps qu’eux. C’est ainsi que Serigne Massamba est parti acheter les vêtements, mais il s’est trouvé que la somme était égale au nombre de vêtements qu’il avait besoin.

Ainsi, lorsqu’ils ont fini de chanter le fajr, Serigne Touba les appela. Alors il leur donna du couscous fait à base de riz et de la viande de poulet au-dessus et d’autres légumes et leur dit : prenez ce bol car cette nourriture contient des grâces. Lorsqu’ils se sont levé pour partir, il leur dit : voyez vous le petit trou dans la nourriture, c’est Rassouloullahi qui avait mis sa main dessus. Si je vous le dis, je voudrai justevvous indiquer la dimension de la nourriture. En effet, lorsqu’ils ont fini de manger, alors ils sont venus pour remercier Serigne Touba. Ainsi, ils disent : nous te remercions, car c’est toi seul qui peux nous faire bénéficier de telles grâces. Mais voici qu’il leur demanda ceci : comment allez vous me remercier. Ils répondent : chanter tes poèmes. Alors, Serigne Touba leur dit : Bismillah !لا اله ا لا الله محمد ر سو ل الله. Ainsi, ils commencent à chanter jusqu’au vers : الله ر ب جليل ملك احد , Serigne Touba enleva son turban se leva, se dirigea vers eux et leur dit : répétez le vers. Ils répètérent ! Il leur dit à nouveau de répéter le vers. Ils répètérent le vers pendant neuf fois. En cela, Serigne Touba partit et revint avec grosse bouteille de parfum (Jicky Guerlain) que Serigne Insa Diene lui avait donné. Ainsi, il leur deversa toute la bouteille et jeta celle-ci. Serigne Massamba Mbacke ramassa la bouteille toute vide.

Lorsqu’ils ont fini de chanter, Serigne Touba leur dit : venez vous reposer. Lorsqu’ils se sont approché de lui, il leur demanda ceci : connaissez vous le nom du travail que vous faites ? Ils répondent : non Mbacke ! Nous faisons ce travail que par recommandation. Alors, Serigne Touba leur dit : c’est étonnant ! Connaissez vous la gent ailée ? Ils répondent : oui ! Il leur demanda encore : connaissez vous les ailes ? Ils répondent : oui ! Ainsi, il leur demanda : connaissez vous les plumes ? Ils répondirent : oui ! Serigne Touba leur demanda : est-ce qu’elles font parti de son nom qui permet de l’identifier ? Ils répondirent : non ! Il leur demanda : est-ce qu’elles peuvent se séparer ? Ils répondirent : non ! C’est ainsi que Serigne Touba leur dit : Il en est ainsi ! Moi qui ai écrit ces poèmes , j’illustre l’oiseau. Vous qui les chantez, vous êtes à l’image de ses ailes. Ceux qui l’écoutent symbolisent ses plumes. Demeurez dans ce travail avec courtoisie, si vous le faites , où que vous les chantez , je serai parmi vous et même avant que vous ne debutez, je serai le premier à être présent.

( L’assemblée de la félicité, Serigne Aladji Mbacke, transcription M.Moustapha Diop )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Touba : Le khalife reçoit le Grand Mufti de Palestine et Jérusalem

Jeunesse savait, jeunesse pouvait ! (Par Seydina Omar Ba)