in

L’hagiographie d’un scribe de Serigne Touba, Serigne Moussa Alima Gueye

La voie mouride, c’est une constellation de profils venus de partout du Sénégal et ailleurs. C’est aussi des moments, des periodes et des hommes d’élite, sûrs de leur choix, engagés dans le service de l’islam. Ces hommes ont été le cœur battant de cette voie mouride, et donc de l’Islam, pendant une longue période : Mbacke Cajoor, Darou Salam, Touba, Mauritanie, Djolof, Diourbel. Toute l’histoire de la voie mouride s’est fait dans ces territoires et par des hommes qui ont été des acteurs de premier plan dans l’élaboration de cette voie.

Ce fut un enchaînement qui a fait cette voie ce qu’elle devenue aujourd’hui. Elle est passée par toutes les étapes : affaiblissement, crise, paix, dynamisme, puissance, fascination, mais elle ne s’est jamais écroulé. Dans le présent, écrire l’histoire des hommes qui ont fait son histoire est la seule solution pour comprendre le chemin parcouru par cette voie et son histoire.

” Serigne Moussa Alima est le benjamin de la famille de Serigne Moctar Guèye. Du côté paternel, il est originaire de Badar Guèye où il est né. Du côté maternel, il est de keur Serigne Sam Ablaye Dieye. Ce dernier etait son oncle.

Sa naissance et son parcours !

Serigne Moussa Guèye est né à Badar Guèye. Il a passé son enfance dans ce village. Il avait été très tôt initié au Coran par son père Serigne Moctar Guèye. Selon beaucoup de sources, son père qui fut un très grand lettré, l’avait très initié au Coran parce qu’il avait dit ceci : tous ceux que j’ai initiés au Coran ont fini par le maîtriser. C’est une grâce divine que Dieu m’a fait don. Mais comme je suis en âge avancé, je suis malade et je ne crois pas sortir indemne de celle-ci, alors je voudrai l’initier tres tôt au Coran même si ce n’est pas l’âge habituel qu’on initie aux enfants au Coran. Lorsqu’il lui donnait les cours, il le mettait Serigne Guèye sur le lit. Serigne Moussa a appris avec son père, mais ce dernier est décédé peu de temps apres. C’est ainsi que son oncle a pris le relais pour lui compléter sa formation. Après lui, c’est son frère Serigne Mor Guèye qui l’a assisté au point qu’il a fini par mémoriser le texte sacré à bas âge. ” (1)

( Source Al-azhar Touba, interview Serigne Ahmad Guèye fis de Serigne Moussa Guèye (Alima), transcription M. Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Sokhna Khady Mbacké remet un adiya d’1 million et une voiture

L’histoire du disciple ayant fait allégeance à Serigne Touba