in

L’histoire de Serigne Modou Fall Al-Qur-Aan (Partie 1)

Cette histoire est racontée par Serigne Souhaybou Mbacke. Quant à celui qui l’a vécue, il s’appele Serigne Modou Fall Al-Qur-aan. Il est un mauritanien qui avait croisée Serigne Touba pendant sa déportation en Mauritanie. C’est lui-même qui a raconté cette histoire à Serigne Souhaybou Mbacke en ces termes :

Je fais parti d’une lignée qui maîtrise très bien Coran. Ainsi, la maîtrise du Coran était notre image de marque. Ceci est tellement vrai que celui qui ne maîtrise pas le Coran dans la lignée, il ne peux pas y trouver une épouse dans notre lignée. Alors que moi, malgré mes efforts, je n’ai jamais pu mémoriser le Coran. J’avais non seulement des difficultés à mémoriser le texte, mais j’oubliais très vite toute ce que je mémorisais. C’est ainsi que j’ai décidé avec deux de mes amis d’aller voir Serigne Touba dans le lieu où il résidait, car nous avions entendu qu’il était un grand saint. Mes deux amis avaient aussi des soucis financiers et ils cherchaient une personne qui pouvait les secourir. C’est de là que nous avons envisagé d’aller voir Serigne Touba afin qu’il nous solutionne nos problèmes. En réalité, chacun d’entre nous envisageait de lui soumettre son cas. En premier, moi, je ne cherchais que la mémorisation du Coran. Et les deux autres, ils avaient des problèmes semblables entre autres financiers.

En effet, nous sommes partis , mais avant notre départ, nous avons fait notre istikhara ( une forme de projection ). Ainsi, nous nous sommes dits ceci : si nous le voyons sans difficulté, alors nous saurons que nos problèmes seront résolus. Et nous saurons en même temps que la chance est avec nous. Car il paraît que ce n’est pas facile de le voir. Dans le cas contraire, nous saurons que nos problèmes ne seront pas résolus. Pendant ce moment, Serigne Touba se trouvait dans un milieu où il n’y avait pas beaucoup de bois, alors les disciples s’étaient débrouillés à créer des haies à l’aide de lianes. Lorsqu’ils se sont approché du lieu, par chance, ils ont vu Serigne Touba à l’intérieur du Tookeur ( jardin potager) lequel était protégé par une haie. Dès que Serigne Touba les a vus, alors il s’est approché de la haie. Ainsi, lorsqu’il est assis, ils ont fait de même que lui. C’est ainsi qu’il les salua et leur demanda ceci : d’où venez-vous et l’objectif de leur visite ?

La première personne lui répondit : je suis accablé par des dettes au point je ne peux plus rester dans ma localité, alors je suis venu pour chercher de l’aide auprès de toi. La deuxième personne lui dit : j’ai des problèmes financiers. Je n’arrive plus à entretenir ma famille. Si je suis venu ici, c’est pour chercher de l’aide auprès de toi. La troisième personne en l’occurrence Serigne Modou Fall Al-qur-aan lui dit : moi, je fais parti d’une lignée qui maîtrise parfaitement le Coran. C’est l’image de marque de notre lignée. Alors, si tu ne mémorises pas le Coran, tu ne peux même y trouver une épouse. Et plus , tu n’es considéré dans la ligne que comme un moins que rien. En effet, moi , je n’arrive pas à mémoriser le texte sacré. C’est pour cette raison que je suis venu ici afin que tu m’inspires le texte coranique. Et Serigne Touba lui dit : aligne toi sur les autres. Il lui répondit : c’est ça que je veux. Serigne Touba lui répète encore la phrase, il répondit : c’est cela que je suis venu chercher ici pas autre chose. Et Serigne Touba lui dit à nouveau , aligne toi sur les autres et il lui fourni toujours la même réponse. C’est ainsi que Serigne Touba leur dit : passez de l’autre côté afin que l’on puisse se croiser dans la maison. (1)

( anecdote de Serigne Souhaybou Mbacke racontée par Serigne Moustapha Ibn Serigne Saliou Mbacke, traduction en français M Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Urgent! Touba Mosquée : La déclaration du khalife Général des mourides

Cheikh Ibrahima FALL à la Recherche de son maitre, Khadimou Rassoul