in

Magal et comédie (Par M. Moustapha Diop)

A un moment donné, il va falloir savoir arrêter cette comédie outrancière. A un certain niveau, c’est assez compréhensible , mais là certaines vidéos frisent la sottise, la bêtise et même l’idiotie. C’est vrai que le Magal est un jour de fête, mais c’est une fête religieuse. Donc , il faut respecter cette dimension religieuse. Le magal n’est ni le carnaval de Rio de Janeiro encore moins la célébration de Halloween dans les rues de New York. Fêtons le comme l’avait fêté Serigne Touba et comme l’ont fêté ses khalifes.

A voir, cette nouvelle manière de le fêter, l’on dirait une fête profane. Et d’ailleurs, ce qui est dommage, ce sont des mourides qui sont à la base de cette desacralisation rampante. L’on peut fêter dans la chaleur, dans la communion, mais pas dans la comédie outrancière. J’ai bien peur que l’aspect populaire finira par désacraliser ce jour mémorable. Mangeons, buvons, célébrons, mais ne soyons pas dans l’excès. L’excès n’est pas mouride. Serigne Touba était sur le juste milieu. A regarder les mourides d’Argentine comme ils accueillent safar , il y a lieu de se poser des questions. A voir comment l’on célébre safar dans nos quartiers, il y a lieu de se poser des questions sur la pertinence de telles postures. A voir les sketch, les comédiens, il y a eu de se demander ou va-t-on ? Une fête doit avoir certes une dimension populaire, mais celle-ci doit être encadrée et orientée dans une dynamique instructive et pédagogique. Elle peut être ludique, mais pudique et pédagogique. Pensons aux épreuves qu’il avait courageusement et dignement assumées. D’ailleurs, le magal c’est aussi un moment de se souvenir de lui, de ses valeurs, de sa personnalité et de sa trajectoire.

Le magal est un moment de se souvenir de Touba laquelle part de la découverte d’un arbre puis est devenue un arbre-lieu, un village , une petite ville et aujourd’hui une métropole. Le magal est un moment de se souvenir des premiers cheikh mourides qui ont fondé des milliers de villages rien qu’avec leur foi, leur courage et ont éduqué, formés des milliers et des milliers de mourides. Le magal est une fête, mais aussi un jour de souvenir mémoriel. De grâce ne fêtons pas le magal comme des idiots et des ignorants.

BON MOIS DE SAFAR !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

L’histoire du lutteur !

Magal 2019, Nouveauté : Ya Mukrima Dayfi par XUYORU MUHARRAM