in

Rare témoignage tirée d’un journal d’époque sur le Magal Touba de 1946, quand Serigne Fallou était khalife.

Depuis quelques jours déjà, les pèlerins affluaient vers la vile sainte voyageant tassés dans les nombreux trains spéciaux, accrochés aux portières, ou dangereusement juchés sur les toits, tellement serrés que les convois, disparaissant sous la foule, ressemblaient à de monstrueuses chenilles bigarrée.

D’autres, préférant la route, s’étaient empilés dans des camions qui, dans les ornières de sable, dérapaient de périlleuse façon.D’autres enfin avaient choisi de voyager à pied, campant au long des routes.

La foule des fidèles peut être évaluée à 140.000 personnes.Toute la nuit du samedi au dimanche, les chants rituels se déroulèrent, répandus par les hauts-parleurs installés près de la grande Mosquée, encore inachevés, et qui sera un monument imposant, la plus belle mosquée d’A.0.F.

Les versets du Livre Saint, psalmodiés par un récitant, étaient repris par un chœur, puis par la foule, inlassablement… Chants rythmés et riche, nuancés du grave à l’aigu, du pianissimo au forte, qui rappelaient les chœurs du théâtre grec. Tout le corps soulevé par le rythme, les chanteurs, assis sur le sable, chantaient jusqu’à tomber d’épuisement, aussitôt remplacées par d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

La Voix de la Voie [par Cheikh Abdoul Ahad MBACKE, Gainde Fatma]

Très rare photographie de Cheikh Anta Borom Gawaan et article biographique