in

Serigne Bassirou Cissé

Serigne Touba

Il a été très tôt remis à Serigne Touba. L’on dit même que c’etait pendant la période que sa maman le portrait au dos. Quand ses parents sont venus voir Serigne Touba afin de lui remettre Serigne Bassirou Cissé, ce dernier leur a dit ceci : vous pouvez le garder jusqu’à que je vous le demande. Après le retour de Serigne Touba du Gabon, Serigne Bassirou Cissé avait fini de mémoriser tout le Coran. C’est ainsi que Serigne Touba lui a ordonné de s’initier aux sciences religieuses. Après la fin de son initiation, il est resté à Ndiareem ( Diourbel) auprès de lui en se consacrant à la production de manuscrits du Coran et d’autres choses.

Pendant la période de la guerre mondiale ( 1914-1918) , il faisait parti des disciples mourides choisis pour aller au front. Mais il fit savoir à Serigne Touba qu’il ne voulait pas servir un autre que lui*. C’est ainsi que Serigne Touba lui demanda trois fois successives si sa parole était sincère en lui, mais il campa toujours sur sa position. Serigne Touba lui demanda d’aller s’installer dans un lieu. C’est dans ce lieu qu’il décéda. Lorsque l’information fut annoncée à Serigne Touba, il avait entre ses mains le poème “La Lumière des deux mondes” ( Nuru Daraïni) qu’il lisait. Ainsi, il le remit à ceux qui le préparaient afin de le porter sous terre et leur dit : enterrez le avec ce poème et surtout ne le lavez pas, car il a la dimension d’un Martyr.

* Certains affirment qu’il a dit à Serigne Touba ceci : s’il doit servir un autre que lui, il préfère mourir. C’est une anecdote qui possède plusieurs versions.

( L’Arbre Touba, Serigne Aladji Mbacké, tome 10, traduction M. Moustapha Diop)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Serigne Modou Lamine Jakhéré et Serigne Habibou Mbacké

19 juillet 1927 – 19 juillet 2020: Il y a 93 ans, nous quittait Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké!