in

Serigne Saliou Mbacké et le Dahira des Tailleurs !

Le dernier mois avant sa disparition ( décès) , le dahira des tailleurs était venu pour un ziara ( visite spirituelle) auprès de Serigne Saliou Mbacké. Ainsi, ils lui ont ramené douze mille ( 12000) boubous en guise de hadiya destiné aux pensionnaires des daara. Alors, Serigne Saliou leur demanda d’aller les remettre à la daara Hizbut Tarqiyyah, car en ce moment, ils s’occupaient de la distribution dans les daara.
A leur retour, le responsable du dahira prit la parole et dit à Serigne Saliou : nous te remercions de nous avoir donné l’occasion de servir Serigne Touba. Sur ce , Serigne Saliou lui coupa la parole et dit : vous ne devrez pas me remercier. Cest moi qui dois vous remercier. Je vais vous expliquer le fonctionnement de ce travail depuis que je me suis engagé à le faire.

Je me rappelle du premier daara que j’ai fondé à Gott. Un jour, je suis parti à Dakar dans l’espoir de chercher des moyens qui me permettront de prendre en charge le daara. Je suis resté à Dakar pendant un mois. Ainsi, Serigne Samb me donna 30 000 francs. Avec cet argent , j’ai acheté de la ration alimentaire que j’avais mise dans douze sacs faits en tissu de malikaan ( tissu en coton). Après mon retour et ensuite pendant un temps , tout était fini. C’est ainsi que nous avons confectionné douze boubous à partir du malikan. A cet effet, on les distribua aux plus courageux du daara. Ils étaient tous contents de les recevoir.

Alors, là actuellement, vous venez de me remettre douze mille boubous ( 12000). Donc , je ne dois que remercier Dieu. Car votre acte d’aujourd’hui renseigne que Dieu a accepté mon service. Il s’y ajoute qu’Il ne l’a pas non seulement accepté, mais Il me l’a augmenté quantitativement. Ce que l’on sait du Coran, lorsque Dieu augmente une chose , Il la fait passer à 100 ( S2V26). Mais personne ne pouvait penser qu’Il ferait passer une chose à mille ( 1000) comme récompense. Je crois qu’une récompense ne peut dépasser une telle limite. Cela ne renseigne rien d’autre que Dieu a accepté mon service. J’ai commencé avec douze boubous ( 12) , aujourd’hui quand la rétribution est arrivée, je me suis retrouvé avec douze mille boubous ( 12000). Cela veut dire que Dieu a accepté mon service et que celui-ci est arrivé à terme. Il ne me reste qu’à Le remercier. Alors, en réalité, c’est moi qui dois vous remercier et non pas vous. Si au début, tu as commencé avec douze boubous ( 12), à la fin tu te retrouves avec douze mille boubous , tu dois être la seule personne qui doit remercier Dieu. Car cela renseigne que Dieu a accepté ton service et que celui-ci est parachevé.

( Source, Serigne Souhaybou Kebe, Serigne Saliou Mbacké, à paraître )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

Arbre Touba : La dimension du Prophète !

Urgent! La recommandation du khalife Général des mourides