in

Témoignage émouvant de Pierre Magard sur le Cheikh Amadou Bamba.(an 1928)

Personne n’allait jamais en vain frapper à sa porte, et malgré la puissance que procurait sa grande influence sur la presque totalité des habitants de Sénégal, il ne voulut jamais accepter aucune faveur, dédaigneux des biens périssables de ce monde.

Plusieurs fois, j’ai eu l’honneur d’être son hôte et celui de son frère qui vient de le remplacer à la tête de la secte mouride, je ne puis oublié la voix douce et harmonieuse ce vieillard au corps chétif mais si noble d’allure.

Devant ce monument étonnant d’art africain qu’est la mosquée de Diourbel logée dans son labyrinthe de case qu’entoure une palissade fait de tôles ondulées, j’ai vu souvent cet homme qu’en dehors de toute considération religieuse, on peut vraiment admirer.

Point de grands gestes; points de grands mots; se voix fusait chantante et courbait ses fidèles, dont une foule venait chaque jour lui apporter ses hommages.Lorsque mes yeux le quittait c’était pour se perdre là-haut à la cime des minaret de la grande mosquée qu’entourent une mer de sable et qui semble est interdite aux pieds de l’Européen.

Extrait de l’article “Amadou M’Bamba et la mosquée de Diourbel”.

Pierre Magard Le Petit Provençal 2 février 1928

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Written by LA REDACTION

Toubamajalis est un site d’actualité sur le mouridisme et proposant des dossiers sur l’islam et le monde musulman.

L’histoire du substitut (Abdal*)

Un entretien exclusif avec le premier Khalife des mourides, Cheikh Mouhamadou Moustapha.(an 1934)